onlinero.com
» la Roumanie pour les amis
Version : Français Deutsche
Rechercher sur le site
Rubriques
ACTUALITES - EVENEMENTS
Agenda des événements
L'Actualité roumaine
Actualitatea româneasca
Le Journal Non Officiel
TOURISME - DECOUVERTE
Informations générales
Billets d'avion Roumanie
Séjours en Roumanie
Hôtels en Roumanie
Location de voiture
Cartes et itinéraires
  Aller en Roumanie
  Oas-Maramures
  Moldavie-Bucovine
  Transylvanie
Récits de voyage
Découvertes culinaires
La Roumanie en direct
Téléphoner en Roumanie
CULTURE et CIVILISATION
Terre d'art
  Peinture
  Icônes
  Architecture urbaine
  Eglises et monastères
  Moldavie-Bucovine
  Muntenie
  Oas - Maramures
  Transylvanie
  Sculpture
Terre de tradition
  Ethnographie
  Habitat traditionnel
  Coutumes populaires
  Activités traditionnelles
  Le travail du bois
Terre d'histoire
LIBRAIRIE EN LIGNE
Livres et dictionnaires
  Tourisme, découverte
  Apprendre le roumain
  Littérature roumaine
  Livres pour enfants
  Histoire, société, arts
Musique roumaine
Cinéma roumain
  Sélection DVD
  Films et réalisateurs
Empreintes (présentations de livres et extraits)
Amprente (texte în limba româna)
Photos/CARTES POSTALES
Cartes évènements
Cartes postales anciennes
Vues imprenables
  Les saisons - Dinu Lazar
  Souvenirs de voyage
  Dobrogea - Mer Noire
  Moldavie - Bucovine
  Muntenie
  Oas - Maramures
  Transylvanie
Architecture urbaine
  Photos de Bucarest
  Photos de Bistrita
  Photos de Brasov
  Photos de Sibiu
  Photos de Sighisoara
  Photos de Timisoara
  Photos Ocna Sibiului
Châteaux et forteresses
  Muntenie
  Transylvanie
Eglises et Monastères
  Moldavie - Bucovine
  Muntenie
  Oas - Maramures
  Oltenie
  Transylvanie
La tradition au quotidien
  Terre de tradition
  Moldavie - Bucovine
  Monts Apuseni
  Oas - Maramures
  Transylvanie
Arts roumains
  Peintres roumains
  Sculpture
Jeux pour les enfants
DIASPORA ROUMAINE
Roumains en France
Roumains en Belgique
Roumains en Suisse
Votre association
Calendar ortodox (ro)
"EXPAT" EN ROUMANIE
PETITES ANNONCES
ANNUAIRE WEB ROUMAIN
LA PAGE DES ENFANTS
FORUM Roumanie
Livre d'Or
DEUTSCHE FASSUNG
Ausflüge
  Bukowina-Moldawien
  Oas-Maramures
  Transilvanien-Walachei
Bilder aus Rumänien
Bukarest
Kunst
Kirchen und Kloster
  Bukowina - Moldawien
  Maramuresch
  Walachei
Tradition
Dorfmuseen
Blättchen
Kinderseite
ACCUEIL > CULTURE et CIVILISATION > Terre d'art > Peinture > Un tournant dans la peinture (XIXe-XXe s.)
version imprimable
Un tournant dans la peinture (XIXe-XXe s.)
Cool Romania
A Bucarest, nous avons eu la chance de rencontrer Ioana BELDIMAN, alors Conservatrice au Musée National d'Art de Roumanie, qui a eu l'amitié de nous accompagner au Musée des Collections de Peinture, et de partager avec nous un peu de son savoir, nous nous sommes enthousiasmés pour une peinture trop méconnue en Occident, même si Henri FOCILLON, en son temps, avait attiré l'attention de ses contemporains, sur son exceptionnelle qualité....

La nation roumaine n'existe que depuis la fin du XIXe siècle. Elle a très vite été reliée à l'Occident par des voies ferrées. Cette facilitation des échanges est à l'origine de l'art contemporain roumain, tant sur le plan de la peinture impressionniste et post impressionniste que sur le plan de l'architecture. Cette évolution rapide s'accomplit avec l'appui constant des gouvernements français et en particulier de Napoléon III. Les idéaux du nationalisme et du libéralisme, qui dominent alors la vie et la pensée politiques en Europe occidentale, s'accompagnent d'une affirmation très forte de l'identité culturelle latine qui devient ici référence privilégiée des hommes politiques, des écrivains et des artistes. Des écoles privées françaises s'installent en Moldavie et en Valachie, mais aussi des peintres hongrois et autrichiens qui peignent des portraits de nobles personnages, comme Anton Chladek ( 1794-1882). Ce sont dans l'ensemble des peintres réalistes, néoclassiques. Les séjours à Paris des jeunes intellectuels se multiplient à partir de 1840.

Telle est la situation historique dans laquelle s'épanouit une nouvelle peinture roumaine, en relation avec la peinture occidentale. Les peintres roumains du XIXe siècle, ont sorti la peinture roumaine de ses conventions stylistiques traditionnelles (peintures murales d'églises, icônes, peinture historique et portraits.)

En 1848, Grigorescu était apprenti chez un maître d'icônes. Il a réalisé, entre autres, les fresques du monastère de Zamfira, près de Ploiesti et d'Agapia, dans la région de Piatra Neamt. Il se rend à Paris, fin 1861. Il est admis aux Beaux Arts, en même temps que Renoir. Il travaille alors dans l'atelier de Charles Gleyre. En 1862 il découvre Barbizon, où il reste jusqu'en 1868, à la suite de Diaz de la Pena, Théodore Rousseau et Millet. Il est fasciné par la peinture de Corot et de Courbet. Il se lie d'amitié avec Millet, Courbet puis avec le groupe des Impressionnistes. Il présente 7 toiles à l'Exposition Universelle de 1867 en même temps que Manet. En 1868 et 1869 il expose avec les impressionnistes. En 1868, Napoléon III lui achète deux tableaux, à l'Exposition des peintres de Barbizon. En 1870 il expose à Bucarest. Il est reconnu 1er peintre roumain en 1873, à l'occasion de l'exposition des Amis des Beaux Arts, avec 144 toiles.

Andreescu y assiste et découvre sa vocation de peintre. Il débute à Bucarest en 1874 dans le cadre de l'Exposition des Artistes Vivants, avec une petite nature morte. Il obtient, fin 1878, une bourse d'études pour la France. En janvier 1879, il s'installe à Paris, et suit les cours sur le nu et la figure de l'Académie Julian. L'été, il peint à Barbizon, "sur le motif", dans la forêt de Fontainebleau. Grigorescu le rejoint, pendant l'été 1880. Mais il connaît aussi la peinture des impressionnistes, dont il a vu plusieurs expositions. Son plus beau paysage de l'époque "Barbizon sous la neige" annonce déjà Utrillo.

En 1873-1874, Grigorescu voyage en Italie, en Grèce et en Turquie. A partir de 1876, il délaisse les couleurs sombres de Barbizon, et se tourne vers la palette des impressionnistes. La lumière devient bientôt son sujet principal, tant en Roumanie qu'en France. Il peint des paysages valaques et des toiles d'inspiration bretonne. En 1887, Grigorescu expose à Paris, chez Martinet, Boulevard des Italiens. Il présente ses oeuvres plus récentes. Les journaux parisiens "L'Événement", "Courrier du soir", "Gil Blas" consacrent le succès de l'exposition de ce "peintre impressionniste de grand talent, moins connu qu'il n'aurait pu l'être". En réalité, Grigorescu se démarque de l'impressionnisme, avec une palette très personnelle, privilégiant les blancs et les gris, le bleu, le vert et les ocres. Cependant en Roumanie, à la fin du XIXe siècle, la critique ne se montre pas toujours tendre. L'impressionnisme suscite les mêmes railleries passionnées qu'à Paris sur "la bande à Manet".

C'est dans ce contexte que Luchian à son tour se rend à Paris. Il s'interesse aux œuvres de Degas et Manet Ses oeuvres montrent une parfaite connaissance des conceptions picturales de Manet, Degas ou Cézanne, et peut-être même de Van Gogh. A partir de 1910, ses toiles sont de plus en plus recherchées. Il sera touché par l'indigomanie, que ses contemporains critiquent, comme elle a été critiquée chez les impressionnistes français. La critique de son époque le comparera beaucoup à Cézanne.

Quant à Darascu, il se rend aussi à Paris, en 1906 et peut alors être défini comme impressionniste. Cependant l'influence du fauvisme sera déterminante. De 1908 à 1914, il peint dans le sud de la France (à Saint-Tropez, Grimaud et Ramatuelle) mais aussi à Paris, révélant ainsi ses talents de paysagiste. Il rencontre Signac, et se laisse séduire par le néo-impressionnisme, mais il intègre aussi la vision artistique de Cézanne et l'expérience des Fauves. Plus tard, il parcourt inlassablement la Roumanie, et les pays qui lui sont chers, s'arrête longuement devant les paysages du delta du Danube et les vues pittoresques de la petite ville de Balcic où il se rend pour la première fois en 1922.

Nous n'avons parlé que de quatre peintres, représentatifs de la peinture roumaine de chevalet, mais d'autres peintres roumains de grande valeur mériteraient aussi un article de présentation, comme Tonita, Iser, Pallady, Ghiata, Tuculescu et bien d'autres dont les oeuvres se trouvent dans les musées de plusieurs grandes villes de Roumanie, et pas seulement à Bucarest....

 


Pourquoi ci, pourquoi ça,

Ne demandez pas,

ALLEZ Y VOIR VOUS MÊME...

...








Forum de l'article

  • Un tournant dans la peinture (XIXe-XXe s.)

    Le Musée d'Art de Brasov accueille, jusqu'au 4 septembre 2011, les tableaux d'un peintre roumain d'une originalité incontestable : Ion Tuculescu ( 1910- 1962). La rétrospective de Brasov met en évidence les principales périodes de création de ce peintre d' exception, connu à l'étranger ( notamment en France) pour la force expressive de ses images, dont les couleurs sont d'une remarquable vitalité.

    On découvre que durant sa période" expressionniste" (1938-1967), Tuculescu était fasciné par Van Gogh et Gauguin. On peut admirer dans cette rétrospective quelques créations exécutées au cours de ses voyages à l'étranger ou au bord de la Mer Noire, à Balcic, ainsi que des toiles ou il affirme son talent de coloriste ( "Intérieur paysan" et "Oeufs rouges" ).

    Durant la période "folklorique" ( 1947-1956), Tuculescu casse les moules de l'art savant et commence à utiliser des motifs stylisés ancestraux . Il est captivé par la géométrie de vieux tapis d'Oltenie. On remarquera son surprenant "Autoportrait" (intitulé "Autoportrait avec une feuille") ainsi que sa superbe toile" Champ bleu".

    Tempérament impétueux et explosif, Tuculescu manifeste un intérêt intense pour les valeurs de l'art populaire. Ainsi, durant sa période dite "totémique", Tuculescu s'inspire des statuettes de terre cuite ( tableau intitulé "Triple Autoportrait") , des poupées d'argile, etc. - objets exécutés à la campagne et vendus dans les foires. Dans ces tableaux "totémiques", les troitzes ( poteaux des morts richement décorés ), suggèrent non seulement la mort , mais aussi la continuité de la vie.

    On est tenté d'établir un parallèle entre l'art de Brancusi et celui de Tuculescu, originaires d'une même contrée. Il existe certains points communs marqués par l'utilisation d'éléments folkloriques et ancestraux pour parvenir à des expressions modernes.

    Une exposition très réussie grâce au partenariat avec le Musée de Craiova.

    Mihail ROLEA



  • Un tournant dans la peinture (XIXe-XXe s.)

    je souhait avoir le tableau de Octav Bancila qui se nome : ""la revolte de 1907""

    merci de me faire parvenir cet immage, qui me hante depuis longtemps et qui a inspire Lenine dans sa philosophie.

    chaleureusement aura buzea




    12 février 2006, par buzea
  • Un tournant dans la peinture (XIXe-XXe s.)
    Mais ou est Victor Brauner ? La tradition roumain l'a inspiré beaucoup !


    19 octobre 2004, par Claudia
    • Un tournant dans la peinture (XIXe-XXe s.)
      Bonjour, Si je ne me trompe pas, Victor Brauner est un peintre surréaliste et avant-gardiste, ce qui n'était pas le propos de cet article.... Mais, peut-être y aura-t-il d'autres articles sur la peinture roumaine, de grande valeur et trop méconnue. En ce qui concerne Brauner, il est plutôt considéré comme un peintre français, même si né en Roumanie. A tort ou à raison, ce n'est pas à moi de trancher...

      21 octobre 2004, par Eliane

Dragos Morarescu





billet avion

Commentaires récents
Un tournant dans la peinture (XIXe-XXe s.)
Le mercredi 24 août 2011, par Mihail ROLEA
Un tournant dans la peinture (XIXe-XXe s.)
Le dimanche 12 février 2006, par buzea
Un tournant dans la peinture (XIXe-XXe s.)
Le jeudi 21 octobre 2004, par Eliane
Un tournant dans la peinture (XIXe-XXe s.)
Le mardi 19 octobre 2004, par Claudia


La Roumanie pour les amis www.onlinero.com | Bienvenue en Roumanie !
© Iulia Tomescu (Juby) & Eliane Roussel - site en ligne depuis 1997
CONTACT : | Ce site fonctionne sous SPIP et utilise Blogger